recettes de cuisine avec des plantes sauvages

31 mars 2009

gratin de pommes de terre à l'ail des ours

Ce n'est pas une nouvelle recette. Elle dort sur mon blog depuis longtemps déjà, mais personne ne l'a remarquée, parce que la photo était moche, pas appétissante. Vraiment dommage, parce que l'ail des ours est de retour, et parce que ce gratin est vraiment bon. Entre la prise de ces photos et leur mise en page ici, pour vous dire, j'ai déjà mangé la moitié du plat à moi toute seule. C'est une recette que je fais très souvent mais je n'avais jamais eu le temps de prendre des photos. Cette fois je l'ai mitraillé, juste pour vous donner envie d'essayer aussi.


Pour 4 personnes
Il faut un plat à gratin assez haut !

1 à 1,2 kg de pommes de terre (utiliser celles pour gratins, par exemple des bintje)
soit 3 patates par personne.
ail des ours (une grosse poignée)
environ 5 dl de lait entier (ou + si on ne met pas de crème)
1.5 dl de crème (pas obligatoire, mais meilleur…)
sel, poivre, un peu de muscade
un peu de parmesan râpé
20 grammes de beurre

Éplucher les pommes de terre, les couper en tranches très fines, genre chips, avec un robot.
1. Dans un plat à gratin beurré, disposer une couche fine de pommes de terre, saler, poivrer, rajouter très peu de muscade.
2. Poser dessus une couche fine de feuilles d’ail des ours.

Recommencer ces 2 opérations 4 ou 5 fois, terminer avec une couche de pommes de terre ; garder les plus jolies pour la couche du dessus.
Attention à ne pas trop remplir le plat, sinon cela va déborder dans le four.

Verser dessus environ 1/2 litre de lait et la crème. Le liquide doit affleurer à la surface.
Saupoudrer de fromage râpé, parsemer quelques miettes de beurre.

Mettre au four préchauffé à 220° 10 minutes, puis baisser le four à 180°, et cuire en tout environ 1 heure, voire 15 minutes de plus selon le four et la taille du plat.

Découper ce gratin comme des lasagnes, pour préserver l’aspect rayures du plat.

11 commentaires:

venezia a dit…

c'est drôlement appetissant, rassure-toi…

sylvie a dit…

C'est très tentant, je n'ai jamais ramassé l'ail des ours mais j'espère en trouver ce week-end.
Tes photos sont très réussies.

pascal a dit…

Bonjour
Merci pour ta recette simple et magique. Tes photos sont réussies, de plus je connais bien l'ail des ours excellente pour la santé et xxx fois plus riches en composés actifs que l'ail cultivé. L'avantage des plantes sauvages (naturelles) c'est qu'elles contiennent plus de minéraux utiles que les légumes cultivés. Le seul soucis c'est de repérer des lieux fiables pour les cueillir. Ensuite il est important d'avoir de très bonnes connaissances botaniques pour la récolte.

maida a dit…

terrible ce gratin!! wouaw

mamapasta a dit…

il faut que je rende visite à la forêt ma voisine!
l'aspect lasagne est très bien rendu, merci d'avoir patienté , et d'avoir pris la photo avant de manger tout le plat

Birgit a dit…

Pas d'ail des ours de par chez moi, pourtant cela fait longtemps que tu m'as donné envie de l'utiliser et dans cette recette encore plus ! Je suis à l'affut, je guette chez les bios et chez mes producteurs locaux un peu plus témèraires.

pascal a dit…

Bonjour
L'ail des ours se localise dans les bois à 1/2 ombre dans des sols se rapprochant du niveau de zéro par rapport à la mer. Sols à prédilection humide mais pas inondables ou rarement. L'ail des ours se cueille dès la mi février jusque fin avril ensuite elle disparait totalement au fur et à mesure que les bois se garnissent de feuilles. C'est une plante de demie ombre qui a besoin de la lumière sans les grandes chaleurs des rayons solaires au-delà du mois de mai.
Si vous ne trouvez pas d'ail des ours; recherchez L'alliaire officinale ou Herbe à ail (Alliaria petiolata) ; du latin allium : ail et petiolata car les feuilles du bas ont un long pétiole) est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Brassicacées. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Alliaire_officinale) Personnellement je la consomme comme aromatique en ajout avec une salade de pissenlit. Cueillie avant la floraison elle est plus tendre et moins forte en goût.

Céline a dit…

J'ai découvert votre blog cette semaine, et vu que je participais à une sortie nature ce matin... Recette réalisée ce soir: un délice! Merci!!!

Sweet Faery a dit…

J'aime beaucoup cette recette ! Et autant je ne suis pas fan d'ail, autant j'adore l'ail des ours ! Ton site est très beau et met l'eau à la bouche...

pascal a dit…

Bonjour et merci pour le partage de ta recette, je vais essayer dès ce jour. Je connais bien l'ail des Ours, c'est un excellent légume sauvage qui nous réserve des surprises à chaque recette.
Je congèle un peu de cette plante très printanière (dès février dans les sous-bois) pour lui faire appel de temps à autre. Il faut congeler des plantes très jeunes après les avoir passées à l'eau bouillante. Bien enfermer cette plante pour que l'odeur de l'ail ne se répande dans le congélateur. Je décongèle directement dans l'eau bouillante maintenue à feux doux pour que la lignine ne soit pas trop dure (filandreuse) quand les feuilles ont pris un peu d'âge. Si la décongélation reste ligneuse après broyage; je filtre et utilise le broyât comme sauce avec aromatiques et crème. C'est succulent et toujours surprenant.

Isa a dit…

Merci pour cette bien bonne recette, je la refais chaque année lors de la récolte de l'ail des ours et toute la famille se régale chaque fois!
Isa